Projet

Conçu en forme de passage, entre une médiathèque et un théâtre, le CAC Brétigny est plus que poreux à son environnement. De la création d’œuvres in situ permettant d’habiter le lieu à l’implication de groupes d’amateurs, le CAC Brétigny a toujours affirmé sa singularité par une attention particulière à celles et ceux qui le peuplent et le construisent: artistes, artisans, étudiants, élèves, chercheurs, habitants, techniciens…

Notre époque actuelle est marquée par un certain nombre de mutations dans lesquelles s’enracinent les pratiques artistiques: reconfiguration des savoirs et des territoires, partage des technologies, questionnement démocratique, interrogations identitaires, profusion des images... Ces évolutions incitent les artistes à s’engager toujours plus avant dans l’ère que nous traversons, à en inventer les possibles. Ainsi, ils investissent des processus de co-création, créent des systèmes de connaissance et des modes de production alternatifs, diffusent de nouvelles formes de savoir. Un élan qui se retrouve également dans la recherche universitaire, le développement industriel ou encore les pratiques amateures. Et qui résonne aussi avec la multiculturalité croissante des territoires.

En réponse à ces évolutions, le CAC Brétigny s’est attaché à accompagner ces pratiques artistiques et culturelles et à leur proposer des espaces pour se déployer. Le CAC Brétigny développe ainsi une structure et une programmation qui font des artistes et des publics de véritables usagers. La programmation artistique, structurée par Céline Poulin, inclut toute l’activité du centre d’art, de la communication à la production en passant par la médiation.  Le CAC Brétigny s’en retrouve fonctionner comme un espace collectif, chaque invité, chaque partenaire et chaque membre de l’équipe participant activement à la construction et à l’identité du projet. Par exemple, en 2019-2020, la résidence de Laura Burucoa a été en grande partie conçue par Camille Martin et la résidence d’Etienne de France suit une proposition d’Elena Lespes Muñoz. Ainsi, Coline Sunier & Charles Mazé, en résidence de création et de recherche graphique, proposent pour le CAC Brétigny une identité évolutive, en constante co-construction. Un projet qui incarne le CAC Brétigny qui, comme tout lieu de vie, est mouvant et pluriel. 

Saison 2020—2021: Esthétiques de l’usage, usages de l’esthétique: second mouvement, mutations

Lors du premier mouvement, prôner l’artifice consistait, entre autres, à refuser la prétendue naturalité de certains principes, pourtant tout à fait culturels. La nouvelle saison poursuit les investigations amorcées l’an passé sur les mutations incessantes de nos identités qui débordent les tentatives sociales pour les contraindre. La normalisation en marche est connectée au rejet d’autres formes de rationalité. Cloisonner, réduire, simplifier, unifier, tout un ensemble de procédés sont nécessaires à l’avancée de la raison telle qu’elle se radicalise depuis la fin du XIXème siècle. Ils masquent d’autres outils noologiques indispensables pour vivre, avec soi et avec les autres, que sont l’incertitude, le multiple et la suspension du jugement au profit de la considération. «You don’t listen» disent Arthur Fleck, futur Joker, ou Charlie Meadows, représentant de son état, l’un à l'assistante sociale censée l'accompagner, l’autre à son voisin de chambre, le scénariste Barton Fink. En effet, les deux manquent ici cruellement d’écoute pour leurs interlocuteurs, la première empêtrée bien malgré elle dans des problèmes administratifs abjects et sclérosants,  l'autre banalement préoccupé par les méandres de sa création et se disant pourtant focalisé sur celles et ceux qu’il nomme le peuple. Or, nous sommes tout·e·s des monstres, des êtres mutants, ayant besoin d’être écouté·e·s, et évoluant dans un univers captivant. Comme nous tout·e·s, les personnages, réels ou imaginaires, qui vont investir le programme du centre d’art vivent avec leurs inévitables métamorphoses, drainant les langages qui les constituent et leurs rituels inventés pour réussir à habiter la folie du monde. De nouvelles habitudes pourront, peut-être, être prises ensemble. Ainsi, nous scanderons l’importance des méthodes de travail collaboratives, avec une Ǝcole dont le e culbuté nous renvoie à une possible inversion des valeurs et nous donnerons de la voix, avec rebonds, échos et, surtout, en polyphonie.

Archives des saisons précédentes dans la partie Historique.

Le CAC Brétigny, Centre d'art contemporain d'intérêt national, est un équipement de Cœur d’Essonne Agglomération et bénéficie du soutien du Ministère de la Culture—DRAC Île-de-France, de la Région Île-de-France et du Conseil départemental de l’Essonne, avec la complicité de la Ville de Brétigny-sur-Orge. Il est membre des réseaux TRAM et d.c.a.

Équipe

Céline Poulin
Directrice

Céline Poulin est directrice du CAC Brétigny depuis juin 2016. Son projet pour le centre d’art, comme ses programmes et expositions précédents, témoignent d’une attention particulière à la réception, ainsi qu’aux dispositifs de collaboration, d’information et de communication. Dans cette optique, elle y a par exemple mené les expositions collectives «Vocales» et «Desk Set», ainsi que les premières expositions personnelles en France de Liz Magic Laser et Núria Güell. Elle a débuté son activité de commissaire indépendante en 2004, tout en travaillant en institution en tant que chargée de la programmation Hors les murs du Parc Saint Léger (Pougues-les-Eaux) de 2010 à 2015, ou comme responsable du bureau des publics du Crédac (Ivry-sur-Seine) de 2007 à 2010. Elle a notamment curaté les programmes d’expositions et d’événements «Les Incessants» à la Villa du Parc à Annemasse en 2016, «A SPACE IS A SPACE IS A SPACE» au DAZ à Berlin en 2015 en partenariat avec le BDAP de l’Institut français, «Traucum» au Parc Saint Léger en 2014, «Brigadoon» à La Tôlerie en 2013 et «Les belles images» à la Box en 2009-2010. Céline Poulin a co-dirigé de 2015 à 2018 avec Marie Preston et en collaboration avec Stéphanie Airaud le séminaire «Héritage et modalités des pratiques de co-création», produit par l’Université Paris 8 Vincennes—Saint-Denis, le CAC Brétigny et le MAC VAL, en partenariat avec la Villa Vassilieff. Ce travail s’est inscrit dans la continuité de Micro-Séminaire publié en 2013, théorisant les pratiques curatoriales hors des espaces dédiés, et a donné lieu à l’édition Co-Création publiée par Empire et le CAC Brétigny. Céline Poulin est membre co-fondatrice du collectif de recherche curatoriale le Bureau/, à l’origine d’une dizaine d’expositions. Elle est également membre de l’IKT et de C-E-A.

Camille Martin
Responsable de production

Après une licence en histoire de l'art à l'Université Paris Nanterre et ses expériences de médiation aux Rencontres d'Arles et à la maison rouge, Camille Martin est admise au sein de la formation curatoriale de l'Université Rennes 2 où elle s'initie aux postes de chargée de production et de commissaire d'exposition. Elle intègre à la suite de ce master l'équipe du CAC Brétigny dans le cadre d'un service civique, assurant pendant plus d'un an le poste d'assistante pour les expositions et résidences. 

Elena Lespes Muñoz
Responsable communication et médiation

Historienne de l'art (Université Paris I et Université de São Paulo), Elena Lespes Muñoz se forme à la coordination de projet dans l'art contemporain à la Fondation Kadist. Elle a travaillé pour l'association Artesur et la Galerie Aline Vidal, ainsi que comme commissaire d'expositions (Le bruit des choses qui tombent, FRAC-PACA, 2017; Video SUR, Palais de Tokyo, 2018; leçon de la pierre, Ìcaro Lira, Salle Principale, 2019).

Milène Denécheau
Régisseuse-médiatrice

Titulaire d’une Licence d’arts plastiques et d’un Master Régie des Œuvres et Montage d’Exposition, Milène Denécheau se forme au métier de régisseur au Frac Bretagne et à la Galerie Danysz. En parallèle elle développe sa pratique de la médiation au sein de l’association art-exprim spécialisée en création et diffusion d’art contemporain.

Julie Kremer
Médiatrice
Louise Ledour
Assistante médiation-communication
Ariane Guyon (stage)
Assistante commissariat et production
Domitille Guilé (service civique)
Assistante médiation

Collaborateur·ice·s régulier·ère·s

Anne-Charlotte Michaut
Communication, presse et coordination éditoriale

Après des études littéraires, Anne-Charlotte Michaut se dirige vers la recherche en histoire de l’art contemporain (École du Louvre et Université Paris I). Elle développe aujourd’hui une activité de critique d’art, notamment pour L’Œil et Manifesto XXI. 

Julien Jassaud
Régie et conseil technique

Julien Jassaud est artiste et programmeur. Passé par l’ESTP, il se forme à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et à l’Institut Avancé d’Art Média et de Sciences (IAMAS) au Japon. En tant que programmeur et technicien, il a collaboré avec de nombreux artistes tels que Christophe Lemaitre pour le CNEAI et le Confort moderne, Aurélien Mole pour Passerelle Centre d’art contemporain, Marlies Pöschl pour le CAC Brétigny, Fayçale Baghriche pour la MAGCP et Mercedes Azpilicueta pour CentroCentro à Madrid, Museion à Bolzano (Italie) et le CAC Brétigny.

Romain Best
Montage et construction
 

Pôle administratif 

  • Directrice: Sophie Mugnier
  • Administrateur: Christophe Nivet
  • Administratrice adjointe: Céline Semence-Rodriguez
  • Assistante administrative et comptable: Isabelle Dinouard
  • Aide comptable: Nadine Monfermé
  • Gardien: Emmanuel Préau
  • Technicien de maintenance: Rachid Boubekeur

 

Ancien·e·s membres de l’équipe ayant participé·e·s au projet depuis 2016 : Valentine Brémaud (stage), Cathy Crochemar, Céline Gatel (service civique), Mathieu Gillot, Thibault Lambert, Raheleh Nasiran (stage), Manon Prigent, Valentina Ulisse (stage) et Suheyla Yasar (stage).