En attendant les voitures volantes
Laura Burucoa

11.09—17.12.21

  • U+1F300-003

    Cyclone

  • 🌀

    Dessin

  • Dyms

    Feutre bleu et rouge, 13 × 13 cm

  • La carte des communications

    2020

Exposition au Théâtre Brétigny
Dans le cadre du cycle «Le vent se lève» (septembre—décembre)

«En attendant les voitures volantes» a été réalisée en collaboration avec la Timb'radio, la classe de 1ères STI2I (2019-2020) du lycée Jean-Pierre Timbaud de Brétigny-sur-Orge, les enfants du quartier Branly de Brétigny-sur-Orge et des lycéen·ne·s et adolescent·e·s rencontré·e·s sur le parvis du CAC Brétigny.

Collaborateur·ice·s artistiques: r22 Tout-Monde (Simon Marini, Victor Donati), Clara Sambot, Mathilde Leprisé et Lola Fernandez-Dervaux.

Avec les peintures de Sara Bouazzaoui, Yasmine Kicha et Shveta Lebonheur et un texte de Loïc Hornecker.

 

Avec Laura Burucoa, nous avions décidé que l’Edutainer[1] serait le point de départ de la résidence. L’artiste occuperait ce lieu chaque semaine, le jeudi et le vendredi.

«Au début, ça m’a directement plu cet aspect quotidien. Et très vite dans le projet, je me suis dit que je n’avais pas envie de venir m’imposer. Ça c’est un truc que j’essaye tout le temps de réfléchir. Et du coup, je trouvais ça bien cet espace-là—l’Edutainer—, parce que ce n’était pas intervenir directement sur le parvis et leur prendre le peu de place qu’il y a pour se poser.»—Laura

C’est vrai que «se poser», c’est une vraie problématique sur le parvis Jules Verne. Alors que l’artiste pensait au début partir très vite de l’Edutainer et découvrir Brétigny, le lieu qu’elle habite devient le ciment du projet. En ouvrant cet espace à tou·te·s, Laura met à disposition un repaire.

«C’est vrai que L’Edutainer, pour le·la lycéen·ne qui cherche un abri pour se poser, c’est le lieu idéal. Techniquement, c’est comme ça que chaque relation de travail et de collaboration a débuté: «On veut voir ce qu’il y a dedans, on est curieux·euses» et «Wow des chaises, à l’abri des regards» aussi, et bien sûr, le canapé dans l’alcôve. C’était une relation ultra intéressée sur le lieu et moi je le savais.»—Laura

De cet intérêt pour un lieu, va naître une relation. «Donnant-donnant» dit-elle. Mais que je trouve particulièrement touchante et vraie ici par l’envie réciproque de la rencontre. Et puis, cette architecture n’est pas vide. Il y a quelqu’une. Elle est juste là, elle accueille, discute et prend le temps pour ça.

«Je crois que c’est ça que j’ai envie de travailler: quand tu poses un cadre qu’est-ce qu’il se passe à l’intérieur et comment tu réagis à ça. En fait, c’était que ça tout le temps, de changer, de voir ce qui marche. Le tâtonnement c’est un peu le mot numéro uno de la résidence.»—Laura

Présenté d’abord comme un atelier d’artiste, l’Edutainer, appelé le conteneur, deviendra au fur et à mesure de la résidence un endroit où l’on se retrouve entre potes pour réviser, se reposer ou boire un soda. Si cette ambiance est si importante pour comprendre le projet, c’est qu'elle permet au conteneur de devenir ce lieu de confidence et d’écoute. Le cadre dont parle Laura est celui de l’espace radiophonique, chaleureux et hospitalier, qu’elle met en place. Ici, on met «un casque, on s’écoute, on se pose» et on parle du futur. On se raconte et on imagine des histoires de science-fiction. On débat et on s’entretient sur ce que pourrait ou pas être notre quotidien.

Cette exposition au Phare ne consiste pas à présenter ce qui a été enregistré de 2019 à 2021 par Laura et ses multiples collaborateur·trice·s au conteneur. L’ensemble de ces captations sonores seront réunies et diffusées sur le site de la r22, webradio partenaire de ce projet. L’exposition sera le résultat d’un été à se rappeler et se raconter en images ce qui a été fait ensemble dans ce lieu des possibles.

Camille Martin
Commissaire de l'exposition


Notes : 

[1]L’Edutainer est une architecture de l’Atelier Van Lieshout située à l’extérieur du CAC Brétigny sur le parvis Jules Verne partagé par la médiathèque, le théâtre, le centre d’art et le lycée.

Diplômée de la Haute École des Arts du Rhin en 2018, Laura Burucoa s'intéresse aux pratiques de transmissions de savoirs ainsi qu'aux manières de faire histoire par le biais de la vidéo, la performance, l'écriture et la conception de situations collectives. Elle développe une attention particulière aux enjeux et aux moyens de communiquer, raconter et collaborer lors d'expériences comme animatrice en séjour de vacances pour enfants ou comme guide conférencière (aux Rencontres d'Arles à l'été 2015 et au MAC VAL depuis 2019). Penser l’œuvre d’art dans toute son écologie et travailler les contextes de production, de diffusion et de médiation sont des composantes importantes pour chacun de ses projets. Elle a également participé à plusieurs expositions collectives comme artiste ou curatrice (CRAC Alsace, Syndicat Potentiel, Hangar 9, Casino Luxembourg, etc.).

Camille Martin est responsable de production au CAC Brétigny. Après une licence en histoire de l'art à l'Université Paris Nanterre et ses expériences de médiation aux Rencontres d'Arles et à la maison rouge, elle est admise au sein de la formation curatoriale de l'Université Rennes 2 où elle s'initie aux postes de chargée de production et de commissaire d'exposition avant d'intégrer l'équipe du centre d'art. En 2019, avec Cathy Crochemar, elles créent le collectif commizariat qui pense pour la jeune création contemporaine des cadres de monstration festifs et populaire​s.

Agenda