hmm hmm

Sophie Rogg

  • U+0052-008

    Lettre maj. latine R

  • BRETIGNY

    Titrage

  • s.n.

    Impression noire et rouge, 7,6 × 8,1 cm

  • Brétigny Aujourd'hui, №1, p.1

    1984

«hmm hmm»[1]

Dans le cadre de sa résidence artistique sur le territoire de Cœur d’Essonne Agglomération, Sophie Rogg s’intéresse à la nuit.

Le temps d’un été, l’artiste invite les partenaires à imaginer des ateliers et des moments de rencontres autour des récits nocturnes. Quel meilleur moment que la période estivale pour profiter de la nuit, les vacances libérant des obligations du lendemain?

Les nuits sont multiples et toutes propices aux histoires à raconter. Qu’elle soit festive, interdite ou rêveuse, la nuit fascine par ce qu’elle oppose aux contraintes rationnelles du jour, au travail et à la productivité.

Profitant de ce qu’offrent les beaux jours, c’est-à-dire les longs moments à languir au soleil et l’ennui, les workshops s’initient à partir de flâneries et de moments où l’on prend le temps.

Les pratiques artistiques travaillées sont aussi multiples que celles expérimentées par Sophie Rogg (dessin, peinture, couture, cuisine, enregistrement sonore, etc.). Le choix de celles-ci se fait en collaboration avec les partenaires et toujours avec le souci de permettre la convivialité, l’échange et le partage.

Camille Martin, commissaire

[1] nous continuerons de ramper,
just to keep the fire burning*
hmm hmm*
c'est juste un sentiment
qui passe et disparaît rapidement

avoid bright lights as much as possible
(yes, including your phone),

and give your eyes some time to adjust to the dark

 

Pénélope défait son tissage pendant la nuit,
elle trouve un moyen de faire ce qu’on lui demande de faire sans le faire

je trouve des solutions sous la douche
ou bien je fais couler du thé doucement entre mes orteils

d’où viennent les cicatrices du joker?

Tu écoutes? J’écoute. Je m’approche, je suis saisie, je m’éloigne ou je m’enfuis. Je reviens je saisis je traduis. Ce qui vient des autres, qui passe par mon corps et s’en va je ne sais où. T’es triste? Je lui demande. Non elle dit, et tu sais pourquoi. Vivre ici c’est attendre le retour.

le retour Des fleurs fâchées

des araignées des jardins, why are my teeth splitting?

 

                        elle grattait la terre avec ses mains

pour avoir des expériences sensibles dans la vie il faut être détendu·e et un peu oisif·ve alors c’est productif de rien faire

                        elle murmure

I am the Shadows

l’aliénation survient quand les objets ne procurent pas le bonheur attendu, il y a un écart, un vide et ce vide on va le combler par des modes d’explication, des affects, quand quelque chose nous déçoit, on essaie de se l’expliquer. Un affect déplacé.
rectifier nos sentiments, créer une désaffection, habiter son aliénation

selon les usages et les sentiments

tu te demandes à qui appartiennent les déchets

Until I was twenty-eight, I had a kind of buried self who didn't know she could do anything

I am the Shadows

être au plus près du feu

 

what exists exists
so it can be lost

 

elle dit, comme l’odeur de chez les gens quand tu ouvres ton colis Vinted

si on cherche toustes quelque chose qui nous manque peut-être qu’on pourra devenir ami*es

it’s not really about the night time, but i was thinking about us sleeping in the same bed. when you came to amsterdam i made you a separate bed, but in montpellier and paris we slept in the same bed. next time you should sleep in my bed in amsterdam. it was silly of me not to have you in my bed

la demi-nuit de la ville, chacune sentait la chaleur du corps de l’autre

they moved closer together

 

wake up
le mutisme de mon désir était inversement proportionnel à sa taille

je fus remplie d'humilité de savoir ce qu'on délaisse quand on est jeune, persuadée qu'on trouvera quelque chose d'aussi bien, voire mieux, un jour, pour finir par réaliser que ce ne sera pas le cas

je joue à un jeu où on peut éteindre des feux avec des larmes, je me suis dit que ça te plairait. le feu les larmes. comme ci comme ça. Je demande, est-ce qu’il faut être très très triste?

 

c’est comme si le futur il s’était séparé, il n’est pas pour tout le monde, on est pas invité·e

 

if someone tells you they don’t believe in witchcraft ask them for a piece of their hair

Si l’oiseau est blessé après avoir percuté la vitre, installe le dans une boîte en carton percée pour qu’il reprenne ses esprits.

 

et puis promets-moi aussi que tu lui parleras, que tu lui parleras souvent.

 

                        elle murmure
a-t-on vu ça? parler aux animaux?

 

                                    elle s’est assise, soudain fatiguée
Je m’assieds sur ta langue.

le paradis, pour elleux c’était une décharge

                                    elle a encore un sourire imperceptible

you invent things so not to get confused, count your steps

gently trudging

you will not try short cuts to avoid the pain

et tu ne t’arrêteras pas de flâner parce qu’il faut habituer ses dents à mordre

 

i look for hope in the dirt under my fingernails
considering incompleteness as a revenge

 

elle revient parfois comme la neige…

 

un truc comme les rêves? ouais. un truc comme les rêves.

un truc qui déborde

je suis back dans le nihilisme positif
pas optimal mais pas trop mal

la tasse est à moitié propre et à moitié sale, je lui demande, ça te va?

je la remplace dans tous mes souvenirs
j’ai une photo du mont-blanc pour me remonter le moral

no doubt, things elude me

Parfois il faut bouger des choses pour que des envies trouvent de la place pour apparaître. et des gens qui aident à bouger. Je lui réponds, je ne veux pas que tu partes, tout le monde part mais j’ai aussi envie que tu sois bien

 

partir rêver plus loin
rêves souvenirs rêves désirs
ils te permettent de t’orienter pendant la journée

 

                        avec le même sourire, à peine un peu plus triste

je caresse une chatte douce comme le péché, noire comme la nuit, qui apparaît sous une voiture garée à côté de laquelle je suis en train de pisser, elle dit

pour elle la vie c’est comme un café trop fort
les corbeaux se transmettent des façons de nouer les branches
ne t'inquiète pas pour moi j'ai encore quelques ruses

les marques de dents sur ton bras ce n’est pas de moi

 

 je soigne mon romantisme
you can dip your fingers in everything i do

                                    elle sourit encore

la harissa en mode dentifrice
est-ce qu’on pourra mettre des chouquettes dans les crêpes?

l’incertitude, une promesse qui s’échappe, les dents serrées

est-ce qu’ il y a encore quelqu’un derrière?


mon ombre.
Mais on a pas besoin de l’attendre.

*

Ce texte est un assemblage de notes que je collectionne, venant de livres, de films, de mes ami*es. Merci à la nasa, clara s, léo b, nastassja m, jean a, batman, sara a, mariko k, anne s, rafael m, ursula l g, olowine et yvan r, iman m, lucas h, baptiste p, ju d, girls, govert d, heartless bitches, lou m et moi aussi parfois. 

Sophie Rogg

 

Graphiste, auteure de bande dessinée et artiste, Sophie Rogg (née en 1989 à Genève, Suisse) est diplômée de la Gerrit Rietveld Academie (2013) et des Beaux-Arts de Paris (2021). Ses projets émergent souvent de rencontres et se nourrissent des discussions, émotions et besoins des personnes qui l’entourent. Ceux-ci prennent la forme de collages audios, peints ou dessinés. Elle a récemment auto-publié sa première bande dessinée a softer place [un lieu plus doux] et a bénéficié d’une bourse de recherche du Théâtre de la Commune (Aubervilliers) pour explorer les thèmes de l’habitat, de l’inquiétude et de la dépendance auprès de ses voisines d’immeuble. Son travail a été présenté à l’occasion d’expositions collectives telles que «Crush» aux Beaux-Arts de Paris ou «Faits divers» dans le cadre du Théâtre des expositions aux Beaux-Arts de Paris, ainsi que lors d’évènements collectifs organisés par Folle Béton (Paris) ou la Villa Mais D’ici (Aubervilliers), entre autres. Sophie Rogg vit et travaille en Seine-Saint-Denis.

Camille Martin est commissaire d’exposition indépendante. Elle rejoint l’équipe du CAC Brétigny en mai 2018 en tant qu’assistante curatoriale et de production, puis prend le poste de responsable de production jusqu’en février 2022. Durant ces quatre années, elle co-conçoit et accompagne notamment la résidence de Laura Burucoa (2019-2021) et se charge du commissariat des expositions au Phare, espaces d’accueil du Théâtre Brétigny, en 2021 et 2022 («À Ambroise et Aziza» de Neïla Czermak Ichti et Ibrahim Meïté Sikely, «En attendant les voitures volantes» de Laura Burucoa et «J’préfère quand c’est réel» de Safouane Ben Slama). En parallèle, avec Cathy Crochemar, elles créent en 2019 le collectif commizariat, qui pense pour la jeune création contemporaine des cadres de monstration festifs et populaires.

«hmm hmm» s'inscrit dans le cadre du Contrat d'Éducation Artistique et Culturelle (CTEAC) de Cœur d'Essonne Agglomération avec la DRAC Île-de-France et l'Académie de Versailles et bénéficie du soutien du programme «Création en Essonne», de la DRAC Île-de-France et du département de l'Essonne. «hmm hmm» réunit des actions menées par Sophie Rogg avec la Médiathèque de Cheptainville et le centre de loisirs Oxy Jeunes de Breuillet.

Agenda

  • Samedi 2 juillet, 15h-19h

    «Lactofermentation et contes»

    Atelier de pratique artistique

    Dans le cadre de sa résidence «hmm hmm», Sophie Rogg propose un atelier de lactofermentation à la médiathèque de Cheptainville. Venez apprendre cette technique ancestrale de conservation en écoutant des conteuses de l'association «Une sorcière m'a dit» vous narrer des histoires nocturnes. Apportez vos légumes et bocaux!

    Tout public. Information auprès de la médiathèque au +33 (0)1 69 14 82 12.

  • Samedi 24 septembre 2022, 14h-19h

    Journée «Pic et Pic» au Théâtre Brétigny

    Evènement en partenariat avec le Théâtre Brétigny

    À l’occasion de «Pic et Pic», une journée d’évènements et de spectacles organisée par le Théâtre Brétigny, l'artiste Sophie Rogg propose sur le parvis du Théâtre Brétigny et du CAC Brétigny l'atelier «comment cuisiner ses ennemis» dans le cadre de sa résidence «hmm hmm».

    Viens napper ta confusion avec du glaçage furieux, sculpter tes regrets en pâte d'amande amère, tremper ta jalousie dans du chocolat anxieux, saupoudrer ton sablé de culpabilité, y ajouter une couche de chantilly fatiguée, y glisser des meringues embarrassées.

    L’artiste Sophie Rogg invite les participant·e·s à décorer un biscuit avec l’expression de leurs émotions négatives. À offrir pour piquer quelqu’un·e ou à déguster amèrement dans son coin, il s’agira de confectionner un doux poison: une pâtisserie au message délicieusement toxique.