The Real Show

16.01—16.04.22

  • U+1F44E-007

    Pouce vers le bas

  • 👎 Je n’aime pas

    Fichier numérique

  • s.n.

    32 × 32 px

  • Messenger

    2021

Ask Addoley + Anna (Addoley Dzegede & Anna Ihle)
Hannah Black
Aslı Çavuşoğlu
Gwendal Coulon
Virgile Fraisse
Thomas Geiger
Christian Jankowski
Hanne Lippard
Marie Lukáčová
Erick Meyenberg
Santiago Mostyn
Luis Pazos
Zeyno Pekünlü
Sean Raspet
Martha Rosler
Ghita Skali, en collaboration avec Ayla Mrabet et Kaoutar Chaqchaq
Līga Spunde
The Big Conversation Space (Clémence de Montgolfier & Niki Korth)
Nora Turato
Zoé Philibert
Qingmei Yao

Commissaires: Agnès Violeau et Céline Poulin, assistées d'Ariane Guyon

 

The Real Show, épisode pilote

Concept copyleft voué à être décliné en plusieurs opus, «The Real Show» se déploie en différents endroits du globe. La première occurrence, qui se tient au CAC Brétigny, est l’épisode pilote d’une série sur le modèle télévisuel ou cinématographique, avec spin-off, prequel, reboot et autre sidequel à venir. Inclusif et réflexif à la fois, rebondissant au centre d’art, en ligne et dans l’espace public à travers des vidéos, des podcasts, des émissions, des performances et des éditions, «The Real Show» creuse et expose les mécanismes ascendants et descendants de la popularité et de ses représentations. 

Nos représentations de ce qui serait populaire sont utilisées par les médias, des grands groupes aux youtubeur·euse·s ou tik-tokeur·euse·s, afin d’asseoir une autorité capable d’influencer nos affects comme nos comportements socio-politiques. D’ailleurs, le spectacle permanent de la politique qui conçoit aujourd’hui ses récits selon l'écriture de la série («personnages refuges», suspens, rythme sans temps mort, climax, clash…) semble donner raison à Roland Barthes qui déjà envisageait les limites d’un divertissement culturel adressé à celui qu’il nomme le «spectateur populaire», qualifié d’influençable. Karl Kraus puis Pierre Bourdieu soulignaient, eux, l’influence de la culture «pop» sur les médias, et l’homogénéisation qui en découle. Certaines théories populistes, comme celles de Chantal Mouffe, posent la dichotomie autrement: les médias de masse et leurs outils légitimant une culture des classes dominantes, il faut laisser au peuple la possibilité de s’exprimer par lui-même. Le partage de certains gestes, chansons ou de tout autre acte culturel, sur les réseaux sociaux ou ailleurs, permet justement la construction de communautés à rebours des dynamiques normatives. Comme l’ont montré les cultural studies, un média populaire peut être vecteur de changement ou d’idées non conformistes. Le développement de cultures à la fois massives et alternatives par le biais de chaînes et plateformes de streaming confirme cette tendance, allant à l’encontre d’une vision classiste du savoir. Dans cet écosystème des représentations, l’anonymat va être alors craint ou au contraire désiré comme un refuge.

Au CAC Brétigny, les artistes invité·e·s pour «The Real Show» mettent en scène des formats médiatiques (talk-show, tutoriel, meeting politique…), afin d’en révéler les écueils idéologiques autant que les principes émancipateurs (Zeyno Pekünlü, Martha Rosler, Hannah Black, Qingmei Yao). Les chorégraphies sociales d’Erick Meyenberg, Christian Jankowski et Santiago Mostyn rendent prégnante la perméabilité entre le monde des images et celui des corps—l’influence de l’un sur l’autre. Les œuvres historiques de Luis Pazos et Martha Rosler rappellent que la normalisation des comportements à travers l’image n’a pas attendu les réseaux sociaux pour s’installer. Il s’agit de plaire et la notion d'attractivité, touche aussi de près les institutions culturelles (Sean Raspet, Thomas Geiger / Kunsthalle3000) et l’artiste lui-même (Gwendal Coulon). Quels sont les processus de circulation favorisant l’émergence du «populaire»? Ghita Skali et Aslı Çavuşoğlu proposent des journaux véhiculant des rumeurs, légendes urbaines et autres prophéties politiques. Elles marquent l’importance des mécanismes de la construction de l’opinion, au même titre que Virgile Fraisse avec son nouveau film centré sur le lanceur d’alerte Christopher Wylie. Après BCC Channel, The Big Conversation Space (Clémence de Montgolfier & Niki Korth) poursuit la réalisation d’émissions de télévision en ligne avec The Talking Cure, dispositif d’usage en même temps que de community management de l’exposition; Ask Addoley + Anna (Addoley Dzegede & Anna Ihle) s’emparent quant à elles de Spotify pour réaliser de nouveaux podcasts de leur émission de conseils. Enfin, l'anonymat, outil d’émancipation autant que de décharge de responsabilité, est mis en voix par Hanne Lippard et Nora Turato. 
Les enjeux dégagés par ces pièces se jouent à un niveau international. Ainsi le 49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine à Metz, la Cité internationale des arts à Paris, sandwich à Bucarest, The Latvian Centre for Contemporary Art à Riga, et PLATO à Ostrava proposeront également leur propre «Real Show», où l’on pourra retrouver certain·e·s protagonistes du pilote. Les lieux s’invitent aussi dans ce premier épisode par des propositions d'artistes, faisant résonner la problématique dans d’autres contextes. 

Exposition à voix multiples, «The Real Show», lancé à l’aube des élections présidentielles en France, ouvre un espace entre le privé et le public, le divertissement et le politique, là où la scène et l'intime font spectacle commun.

Agnès Violeau et Céline Poulin

 

«The Real Show» se déploie aussi en ligne et chez les partenaires (détails des évènements dans l'agenda):

The Friends Season. Season 5 of Ask Addoley + Anna:
The Talking Cure, The Big Conversation Space:

 

Agnès Violeau (née en 1976) est curatrice et critique d’art, basée à Paris. Depuis 2020, elle est curatrice au 49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine (Metz). Ses recherches portent sur les formes transitives de l’exposition, incluant le protocole et l’impermanence. En 2005, elle fonde avec Christian Alandete J’aime beaucoup ce que vous faites, revue d’art et de littérature à la croisée du document de travail et de l’exposition de papier, menant au cycle performatif «Fiction / Lectures performées» (2008–2013, Fondation d’entreprise Pernod Ricard, Paris). Après avoir a été directrice du project space Odeon5-JM Wilmotte (2001-2006) et responsable des arts visuels au Point Ephémère (2008), elle a  été commissaire, notamment des expositions: «Experienz (Materializing the Social)» avec Olivier Beer, Ninar Esber, Esther Ferrer, Liz Magic Laser, Dan Perjovschi… (2013, WIELS, Bruxelles); «Nuit Blanche Montréal» (2011) avec Marcelline Delbecq, Virginie Barré, Angelika Markul, Anita Molinero, Ulla von Brandenburg…; «Something Less, Something More» (co-commissariat Sébastien Faucon) avec Laurie Anderson, Davide Balula, Nina Beier & Marie Lund, Pierre Bismuth, Ceal Floyer, Mounir Fatmi, Andrea Fraser, Philippe Katerine, Gordon Matta-Clark, Steven Parrino, Ian Wilson… (2014, Palais de Tokyo, Paris); «A Space is a Space is a Space» (co-commissariat Céline Poulin) avec Kader Attia, Rosa Barba, Jason Dodge, Gardar Eide Einarsson, Alicia Frankovich, Christian Jankowski, Rosemarie Trockel… (2013, DAZ, Berlin); «Verbo Performing Art Festival» (2016, Galeria Vermelho, São Paulo, en collaboration avec le CNAP et le CND), avec Absalon, Boris Charmatz, Dora García, Christian Marclay, Nil Yalter… En 2018-2019, elle a assuré le commissariat de la 11ème programmation Satellite (Jeu de Paume, Paris, CAPC, Bordeaux, Museo Amparo, Mexico) avec le projet «NOVLANGUE_» et est finaliste avec sandwich (Bucharest) pour le Pavillon Roumain à la Biennale de Venise, avec un projet sur la destruction de l’œuvre d’art. En 2021, elle est commissaire invitée au MAC Lyon. Elle a présenté un solo show d'Hanne Lippard au 49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine (Metz).

Céline Poulin est directrice du CAC Brétigny depuis juin 2016. Son projet pour le centre d’art, comme ses programmes et expositions précédents, témoignent d’une attention particulière à la réception, ainsi qu’aux dispositifs de collaboration, d’information et de communication. Dans cette optique, elle y a notamment invité en résidence les graphistes Charles Mazé & Coline Sunier,  mené les expositions collectives «Vocales» et «Desk Set», ainsi que les premières expositions personnelles en France de Liz Magic Laser, Núria Güell et dernièrement la première monographie en institution de Sara Sadik. Avant de débuter son activité de commissaire indépendante en 2004, elle a été responsable du service jeunesse de BD BOUM, festival de bandes dessinées affilié à la Ligue de l'enseignement, réseau national d'éducation populaire. Elle a également travaillé en institution au Parc Saint Léger (Pougues-les-Eaux) ou au Crédac (Ivry-sur-Seine). Céline Poulin a co-dirigé de 2015 à 2018, avec Marie Preston et en collaboration avec Stéphanie Airaud, le séminaire itinérant «Héritages et modalités des pratiques artistiques de co-création». Ce travail s’est inscrit dans la continuité de Micro-Séminaire (2013), où elle théorise les pratiques curatoriales hors des espaces dédiés, et a donné lieu à l’édition Co-Création, publiée par Empire et le CAC Brétigny. En 2021, le CAC Brétigny et Tombolo Presses publient Inventer l’école, penser la co-création de Marie Preston, dont elle assure la direction éditoriale avec l’artiste. Céline Poulin est membre co-fondatrice du collectif de recherche curatoriale le Bureau/, à l’origine d’une dizaine d’expositions en France et à l’international. Elle est également vice-présidente de D.C.A et membre de l’IKT.

Après des études littéraires et une licence en histoire de l’art à l’Université Paris IV, Ariane Guyon se forme à la médiation à la Kunsthalle Mulhouse puis au commissariat collectif à travers l’exposition de groupe «Echo’s Fountain» avec Komplot, plateforme curatoriale basée à Bruxelles. Au sein de la formation curatoriale de l’Université Rennes 2, elle s’initie au poste de chargée de communication pour l’exposition «Il n’est pas question d’explication», consacrée au travail de l’artiste Marie Voignier, dont elle est co-commissaire. À l’issue de ses études, elle devient assistante commissariat et production au CAC Brétigny, au cours d’un stage de longue durée.

L'exposition «The Real Show» bénéficie de prêts des collections KADIST (Paris) et du 49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine (Metz), ainsi que du soutien de la Cité internationale des arts (Paris), de l'OCA, Office for Contemporary Art (Norvège), de la Municipalité de Stavanger (Norvège), du Forum Culturel Autrichien, de la Chancellerie fédérale (Bundeskanzleramt, BK) et du Théâtre Brétigny. «The Real Show» est conçue en partenariat avec le 49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine (Metz), PLATO (Ostrava, République Tchèque), sandwich (Bucarest, Roumanie), le Latvian Centre for Contemporary Art  (LCCA, Riga, Lettonie) et la Cité internationale des arts (Paris). Le CAC Brétigny est un établissement culturel de Cœur d’Essonne Agglomération. Labellisé Centre d'art contemporain d'intérêt national, il bénéficie du soutien du Ministère de la Culture—DRAC Île-de-France, de la Région Île-de-France et du Conseil départemental de l’Essonne, avec la complicité de la Ville de Brétigny-sur-Orge. Il est membre des réseaux TRAM et d.c.a.

Documents

Agenda

  • Dimanche 16 janvier 2022, 15h—18h

    The Real Show

    Vernissage

    Performance de Ghita Skali, avec Imane Lyn et Rindala Pereverzev.
    Entrée libre.
    Navette gratuite Paris-Brétigny:
    Départ à 14h du 104 avenue de France, 75013 Paris (métro Bibliothèque François Mitterrand). Réservation indispensable: reservation@cacbretigny.com

    Brunch annulé, pas de boisson et de restauration sur place selon les nouvelles mesures sanitaires en vigueur. L'accès au CAC Brétigny est soumis à la présentation d'un pass sanitaire.

  • Jeudi 20 janvier 2022, 17h—19h

    The Real Show

    Visite pédagogique

    Découverte des activités proposées pour les groupes et les publics scolaires à travers une visite de l’exposition «The Real Show» et «J'préfère quand c'est réel».

    Pour les enseignant·e·s de maternelle, du primaire et du secondaire, les animateur·rice·s, les éducateur·rice·s et les associations. Inscription: reservation@cacbretigny.com ou +33 (0)1 60 85 20 76.

  • Mercredis 26 janvier, 16 février et 6 avril 2022 à 16h30

    «#toktokdanse»

    Atelier de pratique artistique

    Après une visite de l’exposition en compagnie de la médiatrice, le groupe effectue un échauffement corporel afin de se préparer à une petite chorégraphie sur le principe de la chaîne de gestes. Chaque participant·e propose un mouvement qui vient s’ajouter à ceux des autres, initiant ainsi une danse collective mobilisant la mémoire et l'inventivité.

    À partir de 3 ans. Inscription: reservation@cacbretigny.com ou +33 (0)1 60 85 20 76.

  • Vendredi 28 janvier 2022, à 17h

    «Le Pigeon»

    Performance de Thomas Geiger/Kunsthalle3000

    Dans le cadre de son projet Kunsthalle3000, Thomas Geiger propose une performance au marché du soir de Brétigny-sur-Orge, boulevard de la République. L'artiste invite un pigeon, figure qui parcourt la ville comme nulle autre, dans les rues de Brétigny-sur-Orge. Le pigeon ira à la rencontre des habitant·e·s pour leur faire part de sa vision de l'espace public et leur inspirer une autre utilisation de l'espace public. 

    Tout public.

  • Les samedis 5 février et 12 mars 2022, 15h—16h30

    «#flashinfo»

    Atelier de pratique artistique en famille

    Après une visite de l’exposition, parents et enfants écrivent, réalisent et tournent leur propre mini-JT. Ensemble, ils et elles écrivent les actualités du jour, pour ensuite mettre en scène leur émission qu’ils et elles tourneront en un plan séquence sur un fond vert comme des pros!

    À partir de 3 ans. Inscription: reservation@cacbretigny.com ou +33 (0)1 60 85 20 76.

  • Jeudi 3 février 2022, 19h

    «I want to be loved by you: Populaire, c'est-à-dire?»

    Sidequel de «The Real Show»

    Projection d’un «best-of» des vidéos de la collection du 49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine, suivie d’une conversation avec Thomas Geiger, artiste, Kunsthalle 3000, Fanny Gonella, directrice, et Agnès Violeau, curatrice, du 49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine, et Céline Poulin, directrice du CAC Brétigny. «The Real Show» est un projet capillaire, il se décline en sidequel, épisode parallèle à l’exposition, pendant une soirée de projections suivie d’une conversation, explorant la notion de popularité et ce que le terme soulève au sein d’un lieu d’exposition. 

    49 Nord 6 Est–FRAC Lorraine
    1 bis Rue des Trinitaires, 57000 Metz
    fraclorraine.org
    Information: info@fraclorraine.org ou +33 (0)3 87 74 20 02

  • Mercredi 9 février 2022, 18h—21h

    Ateliers ouverts: Pratiques ralenties

    Ateliers ouverts: Pratiques ralenties est un rendez-vous hebdomadaire proposant un parcours de visites d’ateliers d’artistes en résidence à la Cité internationale des arts. Cette session est consacrée aux artistes Thomas Geiger, Noel Keserwany, Aline Fischer, Wagner Schwartz, Pauline Toyer et Arthur Gillet, et sera accompagnée de la performance «Les Chaises» de Thomas Geiger / Kunsthalle3000
    Ce sidequel de «The Real Show» à la Cité internationale des arts a été conçu par Céline Poulin & Agnès Violeau, assistées d'Ariane Guyon et en discussion avec Nataša Petrešin-Bachelez et Alix Pornon. 

    Cité internationale des arts
    18 Rue de l'Hôtel de ville, 75004 Paris
    citedesartsparis.net

  • Mercredi 2 mars 2022 à 16h30

    «#àlaune»

    Atelier de pratique artistique

    Lors de la visite de l’exposition et de la découverte des œuvres, les participant·e·s sont amené·e·s à échanger avec la médiatrice autour des thèmes de l’information, de la désinformation et des fake news. Ils et elles sont ensuite invité·e·s à imaginer et fabriquer la une d’un journal: avec ses gros titres, son bandeau, ses clichés, ses textes et leur chapô.

    À partir de 8 ans. Inscription: reservation@cacbretigny.com ou +33 (0)1 60 85 20 76.

  • Jeudi 17 mars 2022, 11h30 et 12h30

    «CAC, tomates, oignons»

    Visite ados

    Spécialement adressée aux élèves des établissements aux alentours du centre d’art, «CAC, tomates, oignons» est une visite ayant lieu sur le temps de la pause déjeuner, entre deux cours. Après une visite de l’exposition accompagnée de l’équipe de médiation, les participants sont conviés à partager leurs impressions autour d’un casse-croûte.

    Entrée libre et gratuite.

  • Samedi 19 mars 2022, 11h—16h

    The Real Show

    TaxiTram

    Visite de l'exposition «Aquarium», premier volet du cycle The Artificial Kid, avec la commissaire Elsa Vettier à la Maison populaire de Montreuil, suivie d'une visite de l'exposition «The Real Show» au CAC Brétigny avec les commissaires Agnès Violeau et Céline Poulin.

    Renseignements sur le site de taxitram-idf.fr, ou par mail et téléphone à taxitram@tram-idf.fr / +33 (0)1 53 34 64 43

  • Annulé

    The Talking Cure Live

    The Big Conversation Space

    The Big Conversation Space (Clémence de Montgolfier & Niki Korth) propose une diffusion en ligne de «The Talking Cure Live», un talk-show réflexif à partir de la websérie éponyme, avec des invité·e·s de différents horizons, qui commenteront et discuteront de questions choisies sur la popularité, le populisme, le travail créateur et les initiatives collectives aujourd'hui. Les hôtes et les invité·e·s se pencheront sur les réactions recueillies auprès du public et sur les médias sociaux pendant le projet et ouvriront la conversation avec les participant·e·s.

    En direct sur Youtube.

  • Samedi 16 avril 2022, 20h

    Le photographe, les crêpes noires et les crêpes blanches

    Zoé Philibert et Reynald Pelletier, photographe

    Confiée cette saison à Vincent Thomasset, «La beauté du geste», organisé par le Théâtre Brétigny, met en lumière les gestes singuliers d’habitant·e·s de notre territoire. Ils et elles sont horloger, cavalière, topographes, chef d'orchestre, photographe, danseurs et danseuses du réel. En partenariat avec le CAC Brétigny et en lien avec l’exposition «The Real Show», Vincent Thomasset a convié l’artiste Zoé Philibert à collaborer avec Reynald Pelletier, photographe.

    Soirée organisée en partenariat avec le Théâtre Brétigny. Détail de la programmation et informations sur theatre-bretigny.fr